L'ancêtre de la traçabilité

En matière de restauration hors foyer, certains pays semblent bien loin des préoccupations de traçabilité, de sécurité alimentaire et de listéria qui animent les pays développés.

En effet, en Inde du Sud, subsiste une pratique héritée du colonialisme anglais. A cette époque, les riches expatriés, peu friands de la cuisine épicée à l’hygiène parfois douteuse, se faisaient livrer le déjeuner que leur préparait leur femme. Aujourd’hui encore, les cadres indiens de Bangkok perpétuent cette tradition. Durant la matinée, des livreurs en mobylette collectent les repas minutieusement cuisinés et enveloppés dans des pochettes isothermes auprès des épouses, restées à la maison. Un système de chiffres, de lettres et de codes couleurs permet de remettre à chacun le déjeuner qui lui est dû.


Info parue dans les Actualités de Cannelle en janvier 2003