Intoxication canine par le chocolat

L’anecdote semble prêter à sourire, elle est pourtant très sérieuse. Chaque année, en particulier au moment des fêtes, de nombreux chiens sont victimes d’intoxication grave au chocolat, entraînant parfois le décès de l’animal.
En effet, le chocolat contient, en quantité variable, de la théobromine, une molécule cousine de la caféine, très active, en particulier sur l’espèce canine.
Quand la théobromine parvient dans l’estomac du chien, elle stimule les sécrétions gastriques. Elle provoque alors une ulcération des muqueuses de l’estomac qui entraînent des désordres intestinaux. Ces symptômes ont au moins l’avantage de permettre l’élimination du toxique. Si la théobromine est absorbée par l’organisme, elle va passer dans le sang de l’animal et gagner le cœur. Elle cause alors des tachycardies (augmentation du rythme cardiaque), des extrasystoles (contractions anticipées du cœur). Parallèlement, la respiration s’accélère, et des crises d’épilepsie ou de tétanie peuvent survenir. La mort peut alors faire suite à un arrêt cardiaque ou respiratoire.

La dose létale 50 de la théobromine (dose qui tue 50 % des sujets qui absorbent le toxique) est évaluée chez le chien entre 250 et 50 mg, selon la corpulence de l’animal. A titre de repère, 1 g de chocolat au lait contient 1,5 mg de théobromine, 1 g de chocolat noir en contient 13,5 mg. Mieux vaut donc ne pas céder à un chien quémandeur de chocolat !

La théobromine n’a pas d’antidote spécifique et il faut plusieurs heures au chien pour l’éliminer. Le mieux est de placer l’animal sous le contrôle d’un vétérinaire qui appliquera le protocole des soins habituels en cas d’intoxication (régurgitation provoquée, mise sous perfusion, éventuellement assistance respiratoire). En fait, le plus grand risque pour le chien est ne pas être pris en charge rapidement, les maîtres interprétant souvent à tort ses symptômes comme une banale crise de foie.

Info parue dans les Actualités de Cannelle en avril 2002